défiscaliser ses revenus locatifs
Guide et conseils

Comment défiscaliser ses revenus locatifs ?

La déclaration des impôts est un rituel auquel les contribuables n’échappent pas. Le poids de ces impôts pèse souvent sur le budget chaque année. Ceux qui déclarent leurs revenus locatifs peuvent en dire autant. Heureusement, il existe des moyens pertinents pour défiscaliser ses revenus locatifs, voire la supprimer.

Réaliser des travaux déductibles des revenus locatifs sur un bien immobilier ancien

La réalisation de travaux sur un bien immobilier ancien est la solution la plus simple pour réduire le montant du revenu imposable. Il s’agit, entre autres, des travaux de réparation et d’entretien. L’agrandissement de la surface ainsi que la reconstruction sont également déductibles du revenu locatif. Ils permettent de baisser l’imposition proportionnellement à la tranche marginale du contribuable. Dans le cas où cette somme dépasse le montant du revenu foncier, la différence entre les deux sera qualifiée de déficit foncier. Ce dernier sera imputé des autres revenus du contribuable avec un plafond limite. En cas d’excédent supplémentaire, l’imputation se fera sur le revenu foncier des 10 ans à venir.

Réaliser des travaux s’avère utile pour optimiser la valeur du bien immobilier. Cette initiative est aussi stratégique, car elle promeut la valeur du revenu locatif. Il s’agit ainsi d’une opportunité d’investissement rentable pour les intéressés. Ils pourront donc acquérir un bien à faible coût, puisque ce dernier se trouvera dégradé. Les travaux de réparation et de rénovation sont alors indispensables pour l’adapter aux demandes du marché immobilier actuel. Dans la mesure où le bien se trouve dans une zone couverte par la loi Denormandie, la déduction fiscale occasionnée par les travaux réalisés n’a pas lieu. Elle est remplacée par une réduction d’impôt à raison de 21 %.

Investir dans un bien immobilier neuf par capitalisation

Plutôt que d’opter pour la location nue, celle meublée permet d’alléger les charges fiscales. En effet, le bien en question passera automatiquement dans le régime imposable des LMNP (Location Meublée Non Professionnelle). Il sera inscrit dans la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux ou BIC. Le propriétaire peut donc opter pour le micro-BIC. Dans ce cas, il bénéficie d’un abattement de 50 % sur les revenus déclarés. Il peut aussi choisir de déclarer ses revenus au régime réel d’imposition. Ainsi, la valeur du logement et du mobilier sera amortie. Le montant relatif sera ensuite déduit du revenu locatif imposable.

L’investissement en nue-propriété se pose également comme un moyen probant de réduire ses charges fiscales. Le bien peut être loué à des organismes sociaux ou acquis en parts de SCPI. Puisque le nu-propriétaire ne perçoit aucun revenu, il n’est pas assujetti à l’impôt sur le revenu.

La mise en vente du logement peut aussi être envisagée dans le but de réinvestir pour un contrat d’assurance-vie en SCPI. Dans ce contexte, le revenu locatif ne sera pas perçu par la SCPI. Il sera capitalisé dans ledit contrat. Par la suite, un rachat partiel permet de gagner un revenu imposable par rapport à la fiscalité de l’assurance-vie, ce qui est plus confortable. Pour défiscaliser ses revenus locatifs, les opportunités ne manquent pas. Il suffit de choisir l’option adaptée à son profil et à la rentabilité souhaitée pour son investissement.